Home A la une Foniké Menguè et Ibrahima Diallo en prison: « II fallu qu’il rentrent en...

Foniké Menguè et Ibrahima Diallo en prison: « II fallu qu’il rentrent en grève pendant deux jours pour qu’une ordonnance intervienne après 100 jours de détention injustes et arbitraires » Me Béa

SHARE
Plus de trois mois de détention pour pillages, associations de malfaiteurs, incendies volontaires (…), Foniké Menguè, Ibrahima Diallo et cie continuent toujours leurs séjours à la maison centrale de Conakry. Après avoir enclenchés leur grève de la faim, le doyen des juges de Dixinn a ordonné une transmission de leur dossier devant le tribunal correctionnel pour la suite de la procédure, explique Me Salifou Béavogui qui persiste que le dossier en charge contre ses clients est vide. 
 
« Le doyen des juges de Dixinn nous a notifiés une ordonnance de fin d’instruction et de transmission de la procédure devant le tribunal correctionnel. Cette fois-ci pour des faits qualifiés de manifestations interdites, de complicités d’incendies et de complicités de coups de blessures volontaires.
 
Contrairement aux infractions préalablement poursuivies, ils étaient poursuivis pour pillages, associations de malfaiteurs, incendies volontaires (…) plus d’une dizaine d’infractions. Sur les 10 infractions, on se retrouve avec 3. Ce qui prouve que le dossier est vide, nous l’avons toujours dit que ces infractions avaient été parachutées simplement pour maintenir ces leaders d’opinions en prison », dit-il. Et, de poursuivre:
 
« Donc Dieu merci cette ordonnance est intervenue rapidement, mais il ne faut pas qu’on se limite là, il faut qu’elle soit enchaîner par l’ouverture du procès. Et, c’est pourquoi cette raison hier soir, je me suis longuement entretenu avec mes clients qui décident de continuer la grève de la faim jusqu’à ce qu’une date de l’ouverture de leur procès leur soit communiquée, ce qui ne devait pas arriver. Mais malheureusement, c’est la coïncidence, il fallu qu’il rentrent en grève pendant deux jours pour qu’une ordonnance intervienne après 100 jours de détention injustes et arbitraires », fustige t-il. 
 
Sachant les risques à la grève de la faim, Me Salifou Béavogui craint pour la vie des responsables du FNDC, affirmant qu’il faut éviter le pire: « Aujourd’hui, ils sont affaiblis et tenez vous bien dans 3, 4, 5 jours je crois qu’ils risquent de tomber malade. Parce que la grève de la faim, c’est la privation systématique d’aliments, et qui ne s’alimente pas ne peut pas survivre. Nous n’avons pas besoin de cela, ils sont malades déjà et la grève de la faim vient aggraver leurs maladies », a-t-il laissé entendre ce mercredi, 09 novembre 2022 dans Mirador de fim fm. 
 
 
 
Mamadou Saliou Camara pour Leprojecteurguinee.com 
622 32 82 84 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here