Home A la une Insécurité: Le siège de l’AVIPA cambriolé et les matériels emportés par les...

Insécurité: Le siège de l’AVIPA cambriolé et les matériels emportés par les malfrats.

SHARE
Alors que le jugement des atroces événements du 28 septembre est en cours, le siège abritant l’association des victimes dudit procès a été victime de cambriolage dans la nuit de dimanche, 23 à lundi, 24 octobre 2022. Tristement touchée par l’acte, la présidente de l’AVIPA revient sur cette scène horrible dont elles payent (victimes) le prix. 
 

« Je pense qu’ils sont rentrés dimanche, parce que nous on a quittés là-bas le samedi. Hier, arrivés au tribunal, on nous appelle de retourner au bureau parce qu’il y a eu cambriolage. Donc, on s’est retourné, malheureusement on a trouvés effectivement il y eu cambriolage. Finalement, on est rentrés, on a trouvés que toutes les portes des bureaux étaient ouvertes, les serrures gâtées complètement. C’est une grosse question qu’on se demande, pourquoi c’est arrivé maintenant ? », se demande Asmaou Diallo. Avant de poursuivre:

 
« Je ne sais pas qu’est-ce qui a été pris dans les armoires, parce là je n’ai pas pu vérifier, mais au secrétariat, ils ont pris l’ordinateur avec lequel nous sommes entrain de travailler pour prendre toutes les données des victimes par rapport au procès. 
Donc, c’est ce qui nous inquiète aujourd’hui on se demande comment faire pour reconstituer tout cela ?. Je ne peux pas dire qu’on a pas de documents, mais ce qui est encore plus important, c’est qui était dans l’ordinateur. Voilà,  c’est un autre problème », souligne-t-elle. 
 
Au regard de l’importance du procès et d’éventuels risques d’insécurité auxquels l’association est exposée, Asmaou Diallo demande une assistance aux autorités pour protéger leur intégrité jusqu’à la fin des jugements: « La sécurité nous manque, on aimerait vraiment être protégés parce que si ça continue comme ça, ça nous effraie. Parce que quand on vole un élément dans le bureau d’une association de victimes, ce qui veut dire qu’on est visés sinon, on allait pas à venir casser les bureaux pour prendre ce qu’ils ont à prendre. Donc, c’est quelque chose qui nous inquiète, il faudrait absolument que cette protection soit renforcée », sollicite la présidente de l’Association des Victimes, Parents et Amis du 28 Septembre ( AVIPA ).
 
 
 
Mamadou Saliou Camara pour Leprojecteurguinee.com 
660 38 02 38 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here