Home A la une Transition en Guinée, Abdoul Sacko, au CNRD: « Pendant la transition nulle n’a...

Transition en Guinée, Abdoul Sacko, au CNRD: « Pendant la transition nulle n’a la légitimité, la légalité sinon que par le biais du consensus… »,

SHARE
Les événements survenus les 28 et 29 juillet dernier à Conakry ont laissé davantage des doutes qui planent sur la conduite de la transition par le CNRD. Les cas de morts et de blessés, des biens détruits ont été enregistrés lors des affrontements entre forces de l’ordre et manifestants. Une situation que déplore les membres des forces vives de la nation et pointent du doigt accusateur la junte militaire Guinéenne. 
 

« Nous regrettons et dénonçons toutes les formes de violences et violations des droits de l’homme qui ont été enregistrées ces jours ci. Mais en terme de constat, c’est une désolation, c’est une régression nette pour la démocratie, mais c’est une forme pour le CNRD qui se dédie. Parce que le CNRD nous a offert l’optique de prise de pouvoir, le recul des libertés fondamentales, la prise en otage des libertés par le régime déchu. Et le CNRD aujourd’hui, puisse faire l’expression de la violence et de la méthode brutale comme son mode de gestion de la transition, c’est regrettable », fustige t-il 

 
 
À la question de savoir s’il ne se ferait pas arrêter comme Foniké Menguè et autres leaders d’opinions, Abdoul Sacko répond:
 

« Peur, peut-être pas pour ma personne ou d’être arrêté, j’en ai déjà payé les frais 3 trois fois au moins dans mon parcours. J’ai peur pour la conduite de la transition, je regrette que pendant 11 mois le CNRD puisse fermer systématiquement la porte à toute forme de dialogue, j’ai peur pour les conséquences de cela. Peur aujourd’hui que le CNRD a peur de la confrontation des idées et des arguments pour trouver le consensus, et pire de prendre pour option cette méthode de ramener même l’armée dans les rues, j’ai pour les conséquences de cela », a-t-il fait savoir. 

 
 
Après de multiples tentatives de négociations sans succès afin de trouver une issue favorable sur la conduite de la transition, les forces vives à leur tour, menacent de braver les rues pour se faire entendre si rien n’est fait d’ici mi-août:  « Nous avons fait des démarches, fatigués, mais de nos jours nous nous demandons quelle est l’option qui nous reste si ce n’est pas encore de recourir à cette liberté que le CNRD nous a dit qu’il va nous garantir absolument à sa prise du pouvoir. 
 
Nous travaillons aujourd’hui à fond avec des acteurs sociopolitiques du pays qui ne comprennent pas ou n’apprécieraient pas la manière dont le CNRD conduit la transition et nous allons travailler à ce que si le 15 là arrivait et que sans que nous ne trouvons pas le chemin du dialogue, sans que nous ne trouvons le chemin de l’arrêt des abus, le chemin de l’arrêt de la conduite cavalière de la transition.
 
Et je vous assure, cela ne serait pas une question du FNDC, le travail pédagogique que nous allons mettre sur le terrain, ça sera ici et à l’intérieur du pays et les Guineens dans leurs écrasantes majorités qui vont se lever dans la non violence pour dire au CNRD stop, pendant la transition nulle n’a la légitimité, la légalité sinon que par le biais du consensus qui nous offre le mille  monde de légalité et de légitimité pour aller faire le retour à lordre constitutionnel en aidant le peuple à choisir les institutions, les hommes et les femmes qui sont sensés se prononcer à leurs noms et conduire leurs destinées vers leur bien-être », a conclu Abdoul Sacko ce lundi, 1 août 2022 dans « Mirador » de fim fm
 
 
 
Mamadou Saliou Camara pour Leprojecteurguinee.com 
660 38 02 38 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here