Home A la une Immersion Gouvernementale/Mohamed Béavogui et son équipe : sortir de la routine

Immersion Gouvernementale/Mohamed Béavogui et son équipe : sortir de la routine

SHARE
Fait inédit dans l’histoire de la Guinée, l’attelage gouvernemental a déserté les bureaux climatisés de Conakry pour une période d’au moins un mois. Pas pour s’offrir des vacances ou s’adonner à de quelconques loisirs. Mandatés par le président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya, les ministres, avec le chef du gouvernement en tête, ont pris d’assaut le pays profond, autrement dit « le pays réel », pour de nobles raisons.
Essentiellement, toucher du doigt la situation sur le terrain, diagnostiquer les maux auxquels sont confrontées les laborieuses populations, prescrire et appliquer la thérapeutique qui sied, expliquer davantage la vision du CNRD (comité national du rassemblement pour le développement) et convaincre de la nécessité pour les enfants du pays de se rassembler afin d’opérer le changement tant souhaité.
Après la région administrative de N’Zérékoré où se sont tenus, la semaine dernière, le conseil interministériel et le conseil des ministres, le Premier ministre Mohamed Béavogui et son équipe sont actuellement les hôtes de la grande cité de Nabaya, Kankan.
Dans le chef-lieu de la région, les villes et localités où la délégation s’est rendue, les chantiers et réalisations visités, à travers les cérémonies qu’il a présidées (comme le lancement du Mois de l’Enfance à Kankan sous l’égide de l’UNICEF), Mohamed Béavogui, en acteur du développement rompu à la tâche, a mis à profit son sens de la pédagogie pour éclairer les lanternes, passer le message du CNRD et de son président, exhorter ses compatriotes à retrousser les manches, à se mettre au travail pour sortir enfin leur pays de la précarité et des divisions susceptibles de mener à des conflits fratricides.
Ce dernier point fut d’ailleurs au centre de son message à l’endroit des étudiants et autres jeunes de N’Zérékoré, à qui il a demandé de refuser la manipulation, d’accepter de se former, d’exprimer des ambitions à travers le montage de projets porteurs, bref, d’être les propres artisans de leur avenir.
Un propos dont la teneur reviendra à toutes les rencontres, que ce soit avec les sages, les jeunes étudiants et élèves, les artisans, les femmes, etc.
« Nous sommes un pays plein d’espoirs. Le CNRD, le colonel Mamadi Doumbouya nous ont donné de l’espoir. Comme j’aime le dire, ils ont mis devant nous une feuille blanche le 05 septembre, profitons-en ! », dira-t-il en substance, Un discours qui reviendra sûrement lors des prochaines étapes de cette immersion gouvernementale.
Qu’il s’agisse de la desserte en électricité, des infrastructures routières et autres, du développement rural, etc., le Premier ministre et les membres du gouvernement ont permis, là où il y en avait, de lever les blocages, d’aplanir les divergences, de prendre des initiatives pour surmonter les obstacles et embûches.
Le tout, en ayant à l’œil leurs services centraux à Conakry et en tenant avec toute la responsabilité qui convient, les manettes de leurs différents ministères. Comme on l’a remarqué avec les dernières actualités du pays.
L’étape de la région administrative de Kankan bouclée ce week-end, avec à la clé le conseil des ministres de la semaine, Mohamed Béavogui et son gouvernement mettront le cap sur les contreforts du Fouta Djallon, précisément la région de Labé.
À mi-parcours de la tournée – immersion, on peut dire déjà qu’il y a de quoi se frotter les mains. Le travail abattu sur le terrain et les premières moissons en terme de sensibilisation des populations, de motivation des couches laborieuses ont comblé les attentes.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette plongée du Premier ministre, Mohamed Béavogui, et de l’équipe gouvernementale dans la réalité du pays profond, constitue en soi une volonté de changement et le signe d’une rupture avec la tradition d’une administration publique qui ronronne.
Bakary sackho

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here