M.KAGBADOUNO Nestor sur les 500 millions de Cellou : « la  légalité de ce...

M.KAGBADOUNO Nestor sur les 500 millions de Cellou : « la  légalité de ce montant est douteuse… »

2455
0
PARTAGER

Sur fond de dénonciation, le secrétaire Général du parti l’Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement (UGDD), M.KAGBADOUNO Nestor a accordé une interview à notre reporter. Au cours de laquelle, il s’est exprimé plusieurs sujets d’actualité notamment les 500 000 000 qu’aurait percus le chef de file de l’opposition. Lisez…

 LeprojecteurGuinee.com : Que pensez-vous des débats ayant actuellement lieu autour des 500 000 000 qu’aurait perçus le Chef de file de l’opposition ?

M.KAGBADOUNO Nestor : Pour se prononcer sur la question de 500 millions, importe-t-il de passer en revue la légalité et la légitimité de la perception de ce montant par le Chef de file de l’opposition.

Le Chef de file de l’opposition est une institution prévue par la loi. A ce titre, son fonctionnement requiert l’allocation d’un budget. Toutefois, à l’instar d’autres institutions, toute allocation financière doit être assujettie à des procédures budgétaires légales : notamment la prévision dans le budget adopté par le parlement au titre d’une année civile.

Dans le cas précis du Chef de file de l’opposition, son budget n’a guère fait l’objet d’un débat à l’Assemblée nationale guinéenne. D’où ce montant a-t-il donc été tiré ? Là est la question à laquelle ni le Chef de file de l’opposition ni le Ministre du budget n’ont apporté une réponse claire jusqu’à nos jours. Il est bien clair que cette affaire n’est autre qu’une combine politique entre le Chef de file de l’opposition et le Chef de l’Etat qui, comme d’habitude sont résolument prêts à fouler au sol toutes normes légales au profit de la satisfaction de leurs intérêts égoïstes.  Il ressort de ce qui précède que la  légalité de ce montant est douteuse.

Par ailleurs, dans un Etat comme le nôtre, la légalité est-elle suffisante pour justifier tous les agissements des hommes politiques ?

A mon avis, non. Pour un homme politique ayant de nobles ambitions pour la population qu’il compte servir, il est toujours important, devrais-je plutôt dire impératif de prendre en considération la légitimité dans chaque décision.

En ce qui concerne ce montant perçu par le Chef de file de l’opposition, je le trouve   inutile et sans  justification valable. A part l’avarice, je ne vois aucune raison sérieuse pour laquelle le Chef de fil de l’opposition réclamerait un tel montant dans un pays où plus de la moitié de la population obtient moins d’un dollar par jour.

Comment peut-on vouloir lutter contre la gabegie financière, s’insurger contre le gaspillage des deniers publics et se battre pour l’obtention d’un budget de fonctionnement de 500 000 par mois…

Cette affaire révèle la méchanceté et la mauvaise foi  de la majeure partie des politiciens guinéens qui se servent de la population pour se forger une identité politique dans le seul but de s’enrichir ou d’utiliser cette force politique comme une forteresse visant à protéger les biens spoliés du peuple de Guinée.

C’est ce qui m’amène à lancer un appel à la jeunesse guinéenne de tout horizon politique de s’unir contre cette prostitution politique qui a longtemps minée notre beau pays. Il y a une véritable nécessité de révolutionner l’actuelle classe politique qui est majoritairement dominée par les aînés qui sont en vérité les véritables causes de nos problèmes.

Quelle est votre appréciation des menaces de manifestation proférées parl’opposition républicaine ?

La manifestation est un droit constitutionnel. N’est-il toutefois pas nécessaire d’utiliser ce privilège constitutionnel à bon échéant ?

En vérité, notre classe politique actuellement dominée par la Mouvance présidentielle et les partis de la Soit-disant-opposition-républicaine est caractérisée par la mauvaise foi des uns et l’incapacité des autres à trouver une solution aux problèmes politiques par des moyens autres que ceux violents.

En vérité, cette  incapacité de résoudre les contentieux dans le cadre  légal en raison de la mauvaise foi du gouvernement et la naïveté des membres de l’opposition dite républicaine constitue aujourd’hui un goulet d’étranglement qui ne cesse de générer perpétuellement des impasses politiques.

A l’UGDD, nous nous opposons à tout acte de violence qui ferait encore perdre à la Guinée l’un de ses valeureux fils pour des futilités.

 Que vous inspirent les récents cas d’accident de la route ?

C’est avec un cœur serré que je m’exprime sur cette question. Tout d’abord je présente mes condoléances les plus attristées aux familles éplorées.

A l’UGDD, c’est avec une grande indignation que nous avions appris ces différentes nouvelles. Nous avons condamné la légèreté avec laquelle cette situation a été gérée par le gouvernement qui a attendu plusieurs jours pour déclarer une journée nationale de deuil.

Par ailleurs, il faut interpeller le gouvernement afin qu’il prenne les mesures nécessaires pour non seulement poursuivre les auteurs de ces actes et mettre en place sans délai les mesures préventives relatives à la réglementation de la circulation.

Pouvez-vous nous partager votre appréciation de l’arène politique guinéenne ?

De nos jours, je pense que les mots les plus appropriés pour décrire la classe politique guinéenne sont l’impasse, la mauvaise foi des acteurs dominants autant de la mouvance que la  mouvance que l’opposition dite républicaine ainsi que la manipulation de la jeunesse.

Il est important d’en appeler à la conscience de la jeunesse qui, pour changer la destinée de cette nation, doit constituer un front commun contre la tyrannie de nos aînés responsables des misères de ce pays.

 

Interview réalisée par Alsény SENY Fadiga

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE