Home A la une Mines : Les contrats miniers en Guinée ?

Mines : Les contrats miniers en Guinée ?

1014
0
SHARE

La rencontre avec les investisseurs miniers a permis au numéro 1 de la junte militaire de toucher du doigt, les réalités du Secteur minier guinéen.Après la mise en place, par acte du pouvoir Central de Conakry, d’un Comité d’audit.

chargé de mener des investigation sur les différentes malversations financières du régime d’Alpha Condé, le temps est désormais de mener une sorte d’audit minier, mais surtout de comprendre en profondeur les détails de l’ensemble des Contrats miniers signés.

La question charnière c’est comment faire revenir ceux qui sont partis ?

Le Colonel Mamadi Doumbouya entend assainir le secteur minier, en procédant à la revue des différents contrats miniers octroyés aux investisseurs étrangers sous le régime déchu.

Entre autres, la révision notamment des Contrats de Simandou, Nimba et des contrats de bauxites etc. …?

Le mont Simandou reste le plus grand gisement inexploité de fer au monde, les potentialités et les chiffres annoncés sont énormes pour que le Peuple guinéen puisse être désespéré.

Dans cette « bataille minière », quel sera l’avenir de la Société Brésilienne Valé dont le domaine exploitable lui aurait été retiré au profit d’une nouvelle Société parrainée par Mohamed Alpha Condé, le fils de l’ancien président.

Désabusé depuis le versement inattendu des 750 millions de dollars à Alpha Condé, la société Rio Tinto qui avait annoncé son départ en 2016, continue de garder tout de même, les mouvements sur les blocs 3 et 4 de Simandou.

Pour la Société Brésilienne Valé, l’espoir suscité était trop grand :

Près de 100 milles Emplois directs et indirects étaient déjà fixés pour les jeunes Guinéens. L’expédition de la première tonne du minerai dès 2012, la Construction du Chemin de fer Conakry-Kankan et d’un aéroport international à N’Zérékorė. L’effet positif du Projet consistait de réduire considérablement la pauvreté en Guinée.

Les données chiffrées des blocs : 1 et 2.parlent d’eux-mêmes. On annonce des réserves de plus de 5 milliards de tonnes de fer du type Hématite, alors qu’au sud, dans les (bloc 3 et 4), on parle d’un gisement de fer de plusieurs milliards de tonnes de réserve d’une teneur (65,5%) et disposant d’une capacité de production annuelle s’élevant à 100 millions de tonnes pour une durée de plus de 40 ans.

Selon un rapport de 2014, le projet devrait générer environ 7,5 milliards $ de revenus, et augmenterait de 5,6 milliards $ le produit intérieur brut de la Guinée, Ce qui aurait donné au pays, la plus forte croissance dans le monde.

Malgré le fait que toute cette richesse se trouve logée dans la Montagne de Simandou, les Guinéens végètent toujours dans une pauvreté pandémique.

Cette pauvreté s’explique par le fait que depuis le début de cette épopée en 1997, plusieurs régimes politiques se sont succédés, plusieurs compagnies s’y sont mises, mais le développement du gisement est sans cesse retardé par de nombreuses affaires.

Le plus décevant des régimes est celui du Président Alpha Condé dont son arrivée au pouvoir avait réellement suscité un grand espoir. Malheureusement, l’affairisme trop poussé de ses amis parmi lesquels, Georges Soros, Bernard Kouchner ont fini par dégringoler et ruiner toutes les chances de la Guinée.

A cela, s’ajoutait l’implication du fils d’Alpha Condé, Mohamed Alpha Condé dans les affaires minières qui ont détérioré l’atmosphère du secteur minier. Les blocs 1 et 2 de Simandou sont directement scellés et mis à sa disposition pour être rattachés à une Société dont le fils est le parrain.

Toilettage oblige, les populations de la Guinée réclament fortement l’implication du Colonel Mamadi Doumbouya dans l’assainissement et la gestion du secteur minier guinéen comme il l’a fait dans le domaine des finances ou un Comité d’Audit vient de signer son Baptême de feu, en vue de reprendre tout ce qui a été détourné aux guinéens.

Ensuite, les Guinéens ont également besoin d’être situés sur les 750 millions de dollars aux destinations inconnues et sur lequel, le Président Alpha Condé ne s’était plus jamais prononcé officiellement jusqu’à sa chute. En outre, toute la lumière doit être faite sur l’exploitation des blocs 3 et 4 de Simandou ainsi que d’éventuels faramineux montants liés au Contrat flou de Paladino. Tout comme le contrat retiré à la société Valé /BSGR lié à l’exploitation des blocs 1 et 2 du Simandou qui continue de susciter autant de questions.

De toute évidence, toutes ces questions aux réponses épineuses ne laissent pas indifférentes les nouvelles autorités guinéennes qui envisageraient la révision de certaines d’entre eux. Notamment, les contrats mal ficelés ne profitant ni à la Guinée ni aux populations riveraines des zones minières. Des autorités qui fixent désormais la justice, comme la Boussole de toutes les actions qui seront menées dans le pays où des milliers de tonnages de minerais sont expédiés pour la commercialisation profitant plutôt aux investisseurs miniers et non à la Guinée et à son peuple. C’est dans cette optique que la révision des Contrats de la Société Brésilienne Valė sur le Simandou, et beaucoup d’autres Contrats sur le Mont Nimba, sur le secteur bauxitique feront l’objet de consensus entre les nouvelles autorités guinéennes et leurs partenaires miniers dans un environnement gagnant-gagnant .

Mohamed Diallo,  ingenieur des mines.

Nous y reviendrons.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here