Home A la une MEDIAS : la RTG Boulbinet abandonnée !

MEDIAS : la RTG Boulbinet abandonnée !

139
0
SHARE

Depuis quelques années, la RTG Boulbinet, la première station de télévision en Guinée, est abandonnée à elle-même. Toutes les éditions du JT sont actuellement à l’arrêt. Ce qui met les travailleurs dans un désespoir et une tristesse qui se renforcent tous les jours.

A la rentrée de la cour qui abrite le média public, le visiteur est frappé par un silence de cimetière ; homris le cri des oiseaux. L’édifice est dans un état complètement délabré, les herbes un peu partout ; surtout à la rentrée principale qui ressemble à celle d’un bâtiment abandonné. Difficile d’imaginer que c’est d’ici que qu’émettait la télévision nationale suivie chaque soir par les Guinéens et qui avait permis la montée de plusieurs vedettes de la RTG Koloma.

Et pourtant, plusieurs ministres qui se sont succédés – y compris l’actuel ministre Amara Somparé – à la tête du département de la Communication avaient nourris aux travailleurs de la station l’espoir de voir un jour leur rêve se réaliser en l’équipement de sorte que ses activités puissent se correctement. Des rêves qui ne sont pas encore réalisés…

Depuis des années, en effet, la RTG Boulbinet n’a pas émis, malgré le dynamisme et le courage qu’avait incarnés son équipe. L’arrêt de cette maison a brisé l’espoir de plusieurs jeunes qui rêvaient d’être des grands reporters et d’autres présentateurs télé.

Si avant, les couloirs de cette maison-mère pour la salle de rédaction ou le bureau du rédacteur en chef, refoulaient de journalistes quand chacun se précipitait pour corriger ses texte par le rédacteur en chef ou son adjoint, ou encore pressé de monter un élément pour qu’il passe dans la grande édition, tel n’est plus le cas actuellement. Désormais, ils passent leur journée au bord de la mer où sous le hall pour tuer le temps avant de rentrer chez eux, le soir.

Actuellement, la quasi-totalité des bureaux est fermé ; de la salle des rédacteurs en chef, en passant par celle de la rédaction et de la section des langues nationales. Mais certains journalistes qui sont partis à la RTG Koloma viennent parfois monter leurs éléments ici pour les faire passer dans les JT de cette maison qui lui a volé la vedette.

Le constat est identique au niveau de la Radio Kaloum Stéréo (RKS) qui continue d’émettre, mais le journal d’informations est à l’arrêt depuis un moment. A cela s’ajoute les coupures de courant électrique.

Assis au bord de la mer, sous le hall ou en face du parking, la tristesse et le désespoir se lisent sur les visages de ses travailleurs qui craignent que leur carrière ne se brise. En petit groupe, ils discutent des sujets politiques et sociétaux. « C’est comme ça que nous passons notre temps à discuter entre nous de la politique, de la société, et se donner des conseils… Juste une promenade de santé. En plus, c’est devenu un point de repère pour nous où les gens viennent nous chercher, nous venons ici pour régler certains de nos programmes», explique un journaliste assis au bord de la mer.

Pour ne pas voir leur carrière se briser, certains ont transité vers la RTG Koloma et d’autres dans les télévisions privées en attendant le redémarrage effectif des activités, notamment la reprise des éditions d’informations. Du côté du ministère de la Communication, c’est silence radio. Personne ne veut en parler.

Ledjely.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here