Home A la une Dégâts post-électoraux sur les citoyens : le CNOSCG a rencontré les victimes...

Dégâts post-électoraux sur les citoyens : le CNOSCG a rencontré les victimes de Wanindara2

113
0
SHARE

Les dégâts des manifestations post-électorales sur des citoyens ont attiré l’attention du conseil national des organisations de la société civile guinéenne (CNOSCG). La structure a entamé samedi 31 octobre l’identification des dégâts à Wanindara, dans la commune de Ratoma, à Conakry.

La mission conduite par Gabriel Haba, secrétaire exécutif du CNOSCG vise à identifier, les morts, les blessés et les dégâts matériels enregistrés lors de la manifestation mais aussi de sensibiliser sur la culture de non violence.

“Au delà de ce que nous avons vu à la télé et les images sur les réseaux sociaux, dans tous les quartiers de Conakry et à l’intérieur du pays, nous avons des représentants, des informations ont été remontées. C’est pourquoi on a décidé qu’une mission vienne sur le terrain pour toucher au bout du doigt ce qui s’est passé dans tous les quartiers de haute tension et les quartiers sinistrés pour qu’ensemble vous nous aider à enregistrer les dégâts matériels, les pertes en vie humaine et tous qui ont été fait dans ce quartier comme violence lors de cette élection. Nous sommes venus principalement pour recenser tous les dégâts, pour recenser le nombre de mort pas par plaisir c’est parce que notre rôle traditionnel est de défendre les citoyens. Ce qui se passe aujourd’hui dans les quartiers fragilisés le tissu social, l’amour et la cohabitation entre nous”, a précisé M.Haba.

Pour lui, l’identification et le recensement des victimes par le CNOSCG permettra de présenter le rapport final aux autorités afin de lui permettre de faire la lumière sur ces malheureux événements. Cela en rendant justice aux victimes, aux parents des victimes et indemniser toutes les pertes enregistrées par les citoyens.

Alpha Abdoulaye Barry, âgé d’une trentaine d’année a été blessé à Wannidara 2 lors de ces manifestations. Selon lui, c’est le Ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation qui a déployé les hommes en uniforme composé de militaires, gendarmes et policiers dans leur quartier qui l’ont blessé et tué certains de ses concitoyens.
“Dans ce quartier on a été attaqué par l’armée , la police  au nom du Ministre de l’administration du territoire Bourema Condé. Bouréma Condé à une concession vers kissosso, c’est lui qui a envoyé les militaires ici avec un groupe de jeune pour nous attaquer, ils ont presque tout détruits ici et les boutiques et les maisons. Lorsqu’ils sont venus attaquer les boutiques, c’est là-bas je suis sortis et ils m’ont blessé, ils m’ont arrêté puis envoyé à la gendarmerie de Matam où j’ai été emprisonné. J’ai fait 6 jours en prison finalement on m’a demandé de payer un million quand j’ai payé ça on m’a libéré”, a t-il expliqué.

Pour ce jeune, l’initiative du CNOSCG est salutaire mais il ne s’attend pas à grand chose. “L’initiative de cette société civile est bonne mais moi je n’attends rien d’eux au retour“, a déclaré Alpha Abdoulaye Barry.

La mission devrait s’éteindre sur d’autres localités qui ont connu des violences sur l’étendue du territoire national.

Alseny Fadiga

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here