Home A la une Les révélations tardives d’Étienne Soropogui parle sur la CENI : « C’est une institution qui est prise...

Les révélations tardives d’Étienne Soropogui parle sur la CENI : « C’est une institution qui est prise en otage par l’exécutif »

126
0
SHARE

Silence cimetière quand il était aux affaires. L’ancien commissaire de la ceni a voulu se faire à l’opposition qu’il dénonçait hier. Étienne  Soropogui  s’est contredit.

L’annonce de la tenue des prochaines élections législatives au 28 décembre 2019 par le président de la CENI, continue de susciter des débats dans la classe politique guinéenne. Le lundi 16 septembre 2019, présent à la réunion de l’opposition au QG de l’UFR, Etienne Soropogui, ancien commissaire de la CENI et directeur provisoire du mouvement « Nos valeurs communes » pense que cette date est déraisonnable.

« Un calendrier électoral ne tombe pas du ciel, un calendrier électoral, ce sont des activités qui sont menées de bout en bout auxquelles on octroie des délais raisonnables de mise en œuvre… Le président de la CENI a octroyé dans le cadre de la révision un délai de 25 jours, c’est totalement déraisonnable », a-t-il indiqué.

Poursuivant, il affirme que la CENI est prise en otage par l’exécutif.

« Quand on connaît les recommandations de l’audit du fichier électoral, qui veut que tous les 6 millions d’électeurs doivent repasser devant les CARLE [Commissions Administratives de Révision des Listes Électorales] pour confirmer ou infirmer leurs présences. Mais malheureusement, c’est une institution qui est prise en otage par l’exécutif, il y a comme un deal entre le président de la République et le Président de la CENI », a ajouté Étienne Soropogui.

À rappeler que les commissaires de l’opposition à la CENI ont fait une déclaration cet après-midi pour protester contre ce calendrier des élections législatives.

Kibaro224.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here