Home A la une Présentation de Bilan et Perspectives : ce lundi était le tour de Mouctar...

Présentation de Bilan et Perspectives : ce lundi était le tour de Mouctar Diallo, Ministre de la Jeunesse et Emplois Jeunes !

52
0
SHARE

Sur l’instruction du Président de la République Pr Alpha Condé, chaque début de la semaine les ministres communiquent devant la presse, pour expliquer à l’opinion  des réalisations faites par leur département. Ce lundi, c’était le tour du Ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes Mouctar Diallo  d’être devant les journalistes, pour défendre le bilan de son département, pendant 8 années d’exercice du pouvoir d’Alpha Condé. Comme l’habitude, cette conférence s’est déroulée en présence de certains membres du gouvernement dont le ministre de la Communication Amara Somparé, le ministre de l’Industrie Tibou Kamara, le ministre des TP Moustapha Naité,  des anciens ministres Rachid NDiaye et Albert Damantang Camara, pour ne citer que ceux-là.

Dans sa mission de promouvoir à l’employabilité des jeunes, selon Mouctar Diallo, dès 2011, le ministère a procédé à la signature des instructions de ratification de la Charte Africaine de la Jeunesse, qui constitue le cadre de référence pour l’élaboration des politiques de jeunesse en Afrique. « C’est à travers cette base que,  le gouvernement a adopté, la nouvelle politique nationale de la jeunesse élaborée pour la période 2011-2020, assortie d’un plan stratégique de développement de la jeunesse », rappelle Mouctar Diallo à l’entame de sa communication, qui a ensuite indiqué aux journalistes que, le président Alpha Condé a apporté des changements dont l’autonomisation des jeunes.

« Il s’agit la formation  de 1000 jeunes et recrutement de 500 parmi eux à la société CWE et 100 par diverses entreprises en 2011 ; le projet espoir des Jeunes Agriculteurs (AJAG), qui a permis la création de 100 groupements agricoles de jeunes dotés en engins agricoles (tracteurs et motoculteurs) pour 3000 emplois à créer dans 26 préfectures entre 2011-2015 ; le projet de pavage de 14650 mètres carré à Tombo, Tèminètaye, Sans Fil (Kaloum) et à Matoto ; le projet de taxi moto, financé par le  FONIJ :140 motos ont été octoyés à 140 jeunes sous forme de crédit dans les régions administratives de Boké, Kindia, Labé, Faranah, Kankan, Mamou et Nzérékoré ; la création de deux micro fiances avec Friend Land Bank , une MUFA à Bambeto et une MC2 à Dar-Es-Salam ; la formation et le déploiement de 480 jeunes diplômés volontaires dont 181 filles pour appuyer les collectivités dans les domaines de la santé, de l’Education, activités socioculturelles… ; formation de 40 ONG Nationale sur les techniques de gestion de projets (Kissidougou et Conakry)… »,   explique ministre Mouctar Diallo aux journalistes. Avant de faire savoir que, le projet de booster les compétences, le gouvernement et la banque mondiale se sont engagé sur un accord de 20 millions de dollars, pour une politique d’emploi des jeunes.

Au cours de cette conférence de presse, plusieurs questions ont été soulevées par les journalistes. Entre autres des questions, la question de l’immigration, la mise en place du Conseil National des Jeunes (CNJ), le chômage des jeunes qui sont toujours récurents, la situation de l’Axe Bambeto, qui était abandonné par les précédents régimes.

Selon le conférencier Mouctar Diallo, c’est pourquoi le Président de la République a mis en place, un observatoire pour la jeunesse, qui va permettre d’avoir des chiffres mais, dit-il, il ya 30 mille jeunes  qui sont inscrits  au niveau happy wheels demo de l’AGUIPE, qui est une base de donnée complète, pour comprendre le taux de chômage en Guinée. « Bien qu’il y a d’autres jeunes qui n’ont pas encore prit en compte mais, le département est en train de travailler  que les jeunes bénéficient d’un pacte d’intégration afin qu’ils soient salariés ou les indépendants ou encore des entrepreneurs. C’est dans ce cadre, beaucoup de projets ont été réalisés dont l’insertion de 8 mille jeunes ; dans le projet PCEJ 750 milles jeunes emplois seront projetés d’ici 2020. Beaucoup de projets et les mutuelles sont financés pour les jeunes à travers le pays, grâce au Président de la République notamment les MUFA. Avec l’ONJ»

Parlant de la migration, dans laquelle la jeunesse africaine, en particulier de la guinéenne est plongée, selon Mouctar Diallo, ce phénomène ne concerne pas seulement la Guinée mais, dit-il, il ne faut cantonner cette situation comme seul aspect économique. « Je peux vous dire que, les jeunes qui migrent vers l’Occident ne sont pas les plus pauvres. Parce que, beaucoup d’entre eux, financent beaucoup d’argents pour immigrer ; 5 mille euros, 7 mille euros voire 10 mille euros. Voici les montants qui pouvaient permettre ces jeunes à monter un projet et de réussir en Guinée. Donc, je ne pense pas qu’on peut camper ce phénomène de migration au problème de la pauvreté. Qu’à cela ne tienne, le gouvernement guinéen est en train d’apporter des solutions à ce problème d’immigration, avec un projet d’insertion de 65 millions d’euros, qui va permettre à 18 mille jeunes de travailler et  réussir en Guinée  »

Concernant la mise en place du Conseil National des Jeunes, qui avait fait beaucoup de bruit dans les années précédentes et qui tarde toujours à être une réalité, le ministre Mouctar Diallo a fait savoir que, le processus suit son cours normal. « La mise en œuvre du Conseil National de la Jeunesse (CNJ) suit son cours normal. Beaucoup d’efforts ont é été fait. Le processus a été enclenché du  sommet à la base, toutes les sous-préfectures ont été visitées. Il y a un travail de fond qui a été fait par les techniciens. Il y a l’identification des organisations devant être dans le fichier, pour permettre la mise en place du Conseil national de la Jeunesse. Ce travail est fait. Le fichier est même mis en jour. Donc, le processus va continuer par la mise en place des structures, au niveau déconcentré jusqu’au niveau national. Mais, nous voulons aller avec prudence. Vous savez, ce milieu de jeunesse est contestateur  et donc,   nous voulons que la mise en place ne souffre d’aucune contestation. Donc, nous sommes sur la finalisation du processus. Pour preuve, le budget a même été pris en compte dans le BND. Pour vous dire que, l’Etat a la volonté de la création du CNJ », a indiqué Mouctar Diallo, lors de la conférence de presse, tenue ce lundi dans le cadre de l’initiative du Président de la République.

 flammeguinee.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here