Home A la une Sanoyah: un trafiquant de perroquets mis aux arrêts par des conservateurs de...

Sanoyah: un trafiquant de perroquets mis aux arrêts par des conservateurs de la nature

48
0
SHARE

Après son arrestation, le mis en cause à qui on reproche les délits de capture, de détention, importation et circulation d’espèces animales partiellement protégées a été placé en garde à vue au niveau de la gendarmerie de Sanoyah. Selon nos informations cette gendarmerie aurait souhaité gérer l’affaire à leur niveau en tentant de minimiser la gravité du crime faunique causé.

Ainsi, avec le soutien de GALF (Guinée Application de la Loi Faunique) M. Mamadou Oury Diallo a été conduit par les conservateurs de la nature dans les locaux de la Direction Nationale des Eaux et Forêts pour être entendu sur procès-verbal.

Selon le colonel Layaly Camara, Directeur Nationale des Eaux et Forêts, le contrevenant aurait affirmé qu’il ne savait pas si la capture, la détention, la circulation et l’importation des perroquets étaient interdites. Poursuivant, notre intervenant ajoute que M. Diallo Mamadou Oury utiliserait ces perroquets pour soigner des maladies diaboliques.

Joint au téléphone par l’Officier Média de GALF, le mis en cause n’a pas daigner décrocher notre appel pour confirmer ou infirmer cette information.

A noter que le perroquet youyou (Poicephalus senegalus) est une petite espèce de perroquet africain appartenant au genre Poicephalus, appelé aussi youyou du Sénégal, arborant un plumage coloré. Il bénéficie d’une protection au niveau national par le biais du code de faune sauvage et règlementation de la chasse mais aussi à l’international par la Convention de Washington.

Conformément aux dispositions prévues par la loi nationale, la Direction Nationale des Eaux et Forêts en commun accord avec le contrevenant a abouti à la signature d’un acte de transaction avec le contrevenant.
Les trois perroquets youyous quant à eux, seront confiés au projet GALF pour rééducation temporaire et éventuellement être relâché par la suite.

Pour mémoire, la Guinée est toujours sous sanction auprès de la Convention Internationale sur le Commerce des Espèces de faune et de flore sauvage menacée d’extinction (CITES) appelée aussi Convention de Washington. Cela depuis mars 2013 et présentée comme une plaque tournante de la criminalité faunique en Afrique de l’ouest.

Il faut rappeler que le trafic d’espèces est un crime organisé transnational. Il représente le 5ème commerce illégal le plus important au monde amassant plus de 20 milliards de dollars chaque année.

Fatou Kourouma

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here