Home A la une Dédicace du livre « Mémoire collective » : «assumons dans notre passé,...

Dédicace du livre « Mémoire collective » : «assumons dans notre passé, ce qui a été fait d’injuste» dit Gassama Diaby

89
0
SHARE

Un livre portant sur une partie de l’histoire de la Guinée intitulé « Mémoire Collective, une histoire plurielle des violences politiques en Guinée », rédigé par une quinzaine d’auteurs dont des journalistes de la Radio France Internationale (RFI) et certains médias guinéens, a été dédicacé ce mardi 25 septembre à Conakry.

Cette cérémonie de dédicace a mobilisé pas mal de personnes. C’est e ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté qui a lancé la cérémonie.

Dans la salle, il y avait le chef de file de l’opposition Cellou Dalein Diallo, l’ancien Premier ministre Kabinet Komara, le nouveau chef de la délégation de l’Union européenne en Guinée Josep Coll.

Cet ouvrage  constitue une sorte de « regards croisés de journalistes, d’universitaires et de défenseurs des droits humains » sur la Guinée de la période de lutte pour les indépendances jusqu’en 2009.

Dans son discours d’ouverture, le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, Gassama Diaby, longuement applaudit  par l’assistance pour a indiqué:

« Nous avons une mémoire publique segmentée, parce que nous avons une difficulté à faire émerger la nation dans notre pays. Et cette difficulté, elle s’explique par notre incapacité à assumer l’histoire. Et cette histoire, pourquoi nous ne l’assumons pas, parce que les différentes catégories de notre pays, chacun fait gagner sa perception de l’histoire alors qu’il suffirait de deux choses : la vérité des faits, la diversité des appréhensions des faits et la primauté des valeurs, » a précisé le ministre.

Puis il poursuit, « nous voyons aujourd’hui l’état de notre pays. Nous sommes dans un pays qui a des difficultés aujourd’hui à faire vivre les valeurs de la République, parce que nous considérons que lorsque vous êtes d’une communauté et que vous pouvez prétendre votre protection que de la part d’un membre de votre communauté, parce que l’Etat n’arrive pas suffisamment à faire garantir aux citoyens sa capacité à protéger chaque citoyen en dehors de ses appartenances originaires, » souligne t-il.

« Je le dis avec tout le respect que je dois à nos aînés dans la salle, je crois que nous sommes dans un pays triste et attristant. Nous avons un nationalisme assez béat, assez futile, nous nous regardons le nombril. Nous allons bientôt fêter les 60 ans de notre indépendance, on nous ressasse les oreilles avec l’histoire coloniale, ».

« L’Histoire est complexe, elle est difficile. Si nous voulons aller de l’avant, c’est de définir les valeurs, il faut que nous ayons le courage d’assumer dans le passé, ce qui a été fait d’injuste ».

leverificateur.net

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here