Home A la une Gestion rigoureuse : que peut-on retenir des 100 jours du Ministre Kéira...

Gestion rigoureuse : que peut-on retenir des 100 jours du Ministre Kéira ?

112
0
SHARE

Sur la base des actes posés depuis son arrivée à la tête du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile le 26 mai 2018, commençons par noter qu’il a été mis en relief l’activité disciplinaire. Et c’est toujours le pays qui gagne !

Avec le courage républicain qu’il a appris à faire sien, le ministre Alpha Ibrahima Keira a réussi à ramener la Direction générale de la Police nationale au sein de son département. L’acte a été pris par le président de la République dans le décret du 23 août 2018. De l’avis de tous, le retour de cette direction à la source, est conforme aux recommandations de la Reforme des forces de défense et de sécurité appuyée financièrement et techniquement par les institutions onusiennes et les pays partenaires du processus de démocratisation de la Guinée. Dans cette dynamique, le ministre Keira agit en son rang et qualité de superflic, parfois à chaud, parfois à froid. Ce, en prêtant toujours une oreille attentive aux avis des cadres et experts de son département. L’essentiel étant pour lui de ne pas nécessairement avoir raison de prendre la décision qui vaille mais de s’assurer que le devoir accompli soit conforme aux règles de l’art du commandement. A ce style de travail que le ministre Keira a sans doute retenu de son feu père qui été ministre de l’Intérieur et de la sécurité de ce pays, l’on doit la nouvelle décision de ne faire travailler désormais à la Direction centrale de la Police Judiciaire que des cadres et des officiers de police judiciaire formés à la tâche et répondant exactement aux critères conventionnels de sélection et de nomination. C’est là aussi une contribution efficace à la consolidation de l’Etat de droit tel qu’il se doit dans tout pays normal. En faisant prévaloir les compétences, le ministre Keira apporte ainsi un regain de vitalité au sein de la corporation. Ce retour aux valeurs républicaines est perceptible dans les actions de la police guinéenne travaillant en synergie avec les autres corps constitués. La saisine d’importantes quantités de drogue à l’aéroport de Conakry et la remise en état de la fourrière de Bonfi augurent un bon début du retour de la discipline dans les rangs de la sécurité guinéenne. Cela démontre également qu’à ses 100 jours de magistère l’énarque formé à Paris puis sorti des institutions américaines de droit et de diplomatie est un ministre de la république qui apporte du neuf et marque des points là où il le faut. Tout comme il a appris au fil du temps à porter sa marque dans les actions visant la grandeur, la réputation et le prestige de la police guinéenne. Et c’est tout à son honneur que de laisser apparaître le cachet d’honnêteté et le résultat d’action courageuse qui ne peuvent pas toujours être comprises selon les circonstances mais qui laissent distinguer le sens républicain d’un ministre au service de la police de son pays. Le ministre Keira a de l’expérience. C’est un homme appliqué, il a le sens du devoir accompli. On peut souligner aussi que le général Lansana Conté a été le premier à déceler la bonne graine de ministre en lui, cette prédisposition qui a contribué durant le régime défunt à le nommer successivement ministre de la Fonction Publique, Ministre des Transports, puis Ministre Secrétaire général à la Présidence. Et maintenant sous l’ère du Pr Alpha Condé, le ministre Keira est à l’œuvre. Il est entrain de faire de la police une valeur sûre de la république. Et c’est toujours le pays qui gagne.

Nous y reviendrons !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here