Home A la une Cellou Dalein Diallo entre citoyenneté et politique : pourquoi son soutien aux forces...

Cellou Dalein Diallo entre citoyenneté et politique : pourquoi son soutien aux forces sociales de Guinée dérange-t-il certains ?

2423
0
SHARE

Les forces sociales ne sont pas des forces discriminatoires mais plutôt des forces qui rassemblent l’ensemble des entités. C’est extrêmement grave qu’un simple citoyen récuse le soutien d’un autre pour quelques raisons que soient.

Avant d’être politique on est citoyen donc, c’est le social qui englobe la politique. Pour rappel la victoire des forces vives contre la junte au pouvoir,  il aurait fallu la conjugaison des efforts entre les politiques et les plates formes des sociétés civiles d’alors . C’est dangereux pour Dansa Kourouma qui était membre de cette structure ne s’est jamais désolidarisé.

Cette victoire contre la junte avait été une expérience extra-ordinaire de par la sincérité des acteurs et par la détermination de sauver notre patrimoine commun. De quelle récupération politique veut -il parler, le chef de fil de l’opposition est loin d’être un récupérateur c’est un homme d’état qui jouit d’une popularité incontestable. C’est pitoyable d’assimiler une personnalité d’une telle carrure à un simple récupérateur.

« Ceci consiste entre parenthèse à sauvegarder les acquis d’une lutte sociale dont les 3/4 des citoyens mobilisés sont de cette opposition. Les guinéens dans leur majorité ont toujours douté de ta société civile et de tes agissements. Les masques sont tombés le leadership recherché par le cnoscg est une peine perdue, car le choix des représentants de la société civile au sein de la Ceni ont été proposé par la structure que tu presides et nous savons des magouilles qu’ils ont opéré à la tête de cette institution ».

« Les véritables leaders des forces sociales sont le balai citoyen de Sekou kondono et la pcud d’Abdourahmane Sanoh. Nous commençons à comprendre que l’infiltration dont fait les forces sociales vient du Cnoscg ».

Le combat de se faire représenter à la nouvelle CENI a déjà débuté mais la meilleure formule pour y parvenir, Il faut s’attaquer à la personne du chef de file.

 » Dansa kourouma on connaît bien cette rhétorique qui consiste à diaboliser cet homme honnête et intègre qui affronte cette dictature qui nous tracasses depuis plus de 8 ans ».

Soyons honnêtes que nul ne doit exclure son prochain d’une lutte nationale, ailleurs autour de nous, l’expérience a bien marcher au Sénégal le mouvement y’en na marre ont coalisé avec les politiques contre le régime Wade en 2012 , au Burkina Faso balai citoyen en a réussi aussi face à Blaise compaore en 2014.

              De quoi  M. kourouma a-t-il peur ?

On se souvient encore de tes accusations contre Abdourahmane Sanoh pour une tentative de déstabilisation contre ce faux régime.

« Continue à t’enfoncer d’avantage en fermant la porte à ceux qui doivent te sauver. C’est trop flagrant de croire à tes arguments de mener une lutte en solo alors que tout le monde connaît ton projet ».

Les responsables et militants de l’UFDG saluent le soutien du chef de file aux vraies forces sociales et non à des infiltrés sous l’étiquette de la société civile.

 Camara Youssouf

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here