Home A la une Mérite : Antonio Souaré, le guinéen modèle !

Mérite : Antonio Souaré, le guinéen modèle !

259
0
SHARE

LE CENTRE SPORTIF ET DES LOISIRS DE YOROKOGUIA

C’est un rituel qui dure depuis plusieurs mois. Lorsqu’il n’est pas en voyage, chaque dimanche matin, à l’aube, Antonio SOUARE saute dans son 4×4 et prend la direction de Dubréka. Au sortir de la ville, il emprunte le chemin de terre qui conduit à un vaste chantier d’une douzaine d’hectares, sur la colline de Yorokoguia. Sourire aux lèvres, il y note chaque détail, chaque nouvel aménagement, chaque avancée des terrains et des immeubles.

Très vite, des membres du comité et des amis le rejoignent sous une paillotte où le maître de céans leur fait servir à boire et à manger. Alors, ceux qui le connaissent et l’écoutent voient naître au fond de ses prunelles une petite lumière de l’homme heureux. Le président du Groupe GBM et du Horoya savoure le plaisir de voir sortir de terre le futur « Centre Sportif et des Loisirs » éponyme qui a la vocation de devenir un modèle du genre pour tout le continent africain.

OUVERTURE DEJA PROGRAMMÉE DEPUIS 2017

Il s’agit en effet d’un chantier « pharaonique », bâti sur 11 hectares suivant les plans dressés par Jean Roger LAURENCE du cabinet Arias de Dixinn. L’ensemble constitue le projet central du programme 2012-2017 dans lequel Antonio SOUARE a inscrit le développement du Groupe Business Marketing et l’émergence du club de son cœur, le Horoya AC, aux cimes du football africain.

Le Centre de Yorokoguia répond à plusieurs vocations. Celle de devenir, grâce à un hôtel 5 étoiles et à un restaurant panoramique surplombant une piscine un lieu prisé de détente et de fitness pour touristes haut de gamme. « Là, économiquement, il y’aura un retour sur investissement, ça va faire de Dubréka une grande destination. Vous savez, la plage de Bel Air n’est pas loin d’ici. Et, puis, nous sommes au pied de la Montagne du « Chien qui fume ». A partir de cette montagne, le circuit sportif qui sera créé va permettre aux gens de faire des randonnées et du VTT », soutient Antonio SOUARE.

UN LIEU DE STAGE SÉCURISÉ POUR SPORTIFS DE HAUT NIVEAU

En tête de ces futurs clients, les sélections nationales et clubs sportifs européens en quête d’un lieu de stage l’hiver. « Quand ils cherchent le soleil, ils pourront venir chez nous et y trouveront toutes les installations souhaitées, logeront ici en toute sécurité pour une semaine, 15 jours, ou un mois… »

A l’écouter, le Centre Sportif devrait permettre à la Guinée d’organiser des compétitions à l’échelle continentale. « Vous trouverez ici tout ce qui est administration du football, salles de musculation, trois terrains synthétiques d’entraînement aux normes de la FIFA, des fosses en sable et le grand stade que nous ouvrirons avec 5 000 sièges avant son extension à 15 000 places pour qu’on puisse abriter des compétitions internationales », poursuit le patron du Horoya AC.

Créateur d’emplois, le Centre devrait également s’avérer une aubaine pour les chômeurs. Antonio SOUARE explique : « Nous allons créer des centaines d’emplois pour des enseignants, des professeurs, des formateurs, des cuisiniers, des médecins, pour du personnel hôtelier… »

L’ACADÉMIE DE FOOTBALL ANTONIO SOUARÉ

La formation des footballeurs professionnels constituera le cœur de l’activité permanente. Déjà achevés, quatre bâtiments rouge et blanc (couleurs du club) offriront leur hébergement en chambre double à 80 apprentis footballeurs (quatre générations simultanées).

« Cette académie est faite pour tout le monde… » précise le patron du HAC. « Elle va former des centaines de joueurs qui ne seront pas absorbés exclusivement par Horoya. Ce Centre est fait pour tous les clubs guinéens, pour tous les clubs d’ Afrique. Nous voulons bâtir une génération comme celle d’Abidjan qui a ramené la dernière Coupe d’ Afrique des Nations en Côte d’ Ivoire. Il faut être ambitieux et jaloux, mais, dans le bon sens. Aujourd’hui, nous souhaitons faire éclore une génération de footballeurs capables de procurer du bonheur au peuple de Guinée… »

yorokoguia-fevrier-2016-10

PARLONS LES QUALITES DE L’HOMME !

Comme une lettre à la poste, c’est ainsi qu’on peut qualifier l’excellent parcours de Mamadou Antonio SOUARE depuis qu’il a vu le jour il y a plus d’une soixantaine de lunes (le 10 mai 1952 précisément) dans le distingué quartier Wondima de la préfecture de Kindia, cité des fruits et légumes mais tout autant ville du sport par excellence.

Antonio, ce prénom contraste avec la prestigieuse descendance de famille maraboutique des Souaré. Il sait bien avaler tout le contenu du Coran, égrener le chapelet, tout comme il sait lire et écrire le français en lettres mais surtout en chiffres, lui qui excelle dans les communications et les télécommunications.

L’INGÉNIEUR ET LE FOOTBALLEUR : UNE MÊME VISION PANORAMIQUE

Ingénieur diplômé de Poly-Conakry, Antonio est sorti d’une classe d’excellence où n’évoluaient que sept étudiants. C’est dire la qualité de la formation dont profite un garçon qui joue bien au foot où il pourrait même faire carrière. Sa souplesse de cheville épouse son élégance et sa vision panoramique en font un jumeau de Nabylaye Papa CAMARA. Ceci au moment où jouer dans le HAFIA ou le HOROYA fait de vous un Prince et vous délivre un sauf conduit ouvrant toutes les portes. Mais le grand frère, feu Mamadou SOUARE (ancien fonctionnaire international) et le professeur feu Sekou Philo CAMARA (ancien ambassadeur), préfèrent le voir ingénieur dans les gradins que stratège sur le terrain.

A partir de ce moment, le businessman qui émerge sait que le football ne sera pour lui qu’une passion en marge d’un destin qui va s’écrire ailleurs. Il entend mettre sa réussite professionnelle au bénéfice de son amour immodéré du ballon rond.

UN MANAGER AU DYNAMISME EXEMPLAIRE

Plutôt que le public, il préfère voler en solo, monter et faire éclore des affaires. Dans une Guinée de l’époque gouvernée par un système de Parti – Etat (Le Tout État), opposé à l’initiative privée, le jeune ingénieur Antonio SOUARE démissionne des PTT où il a été affecté, pour aller à la rencontre de son destin à Tokyo, Berlin, Bruxelles et Paris. Il a le sens des affaires. Représentant de la marque MAZDA en Guinée, il importe des voitures et monte des boîtes de nuit « ZAMBEZI-HEXAGONE ».

C’est le début d’une riche et exemplaire carrière de manager que justifie le succès des multiples sociétés et entreprises lancées par l’enfant de Wondima. Le PDG du Groupe Business Marketing ( GBM ), la société holding, est une singularité positive guinéenne et une référence managériale africaine avec Guinée Games (la société de loterie), CIS-TV (la chaîne de télévision Internationale de sport et culture), le Centre Sportif et des Loisirs de Yorokoguia (établissement hôtelier 5 étoiles, stade de 15 000 places, Académie dotée de salles de classes, de dortoirs, et terrains pour former des futurs professionnels etc.), l’immobilier,  le  transport etc.

PASSIONNÉ DE SPORT ET DE MUSIQUE

Organisateur en chef du gala international de Conakry dans les années 90, le boss du HAC vit pour le sport et la musique dont ses sociétés deviennent d’importants supports promotionnels.

Comme il le fait si bien avec le HOROYA AC. Sous son magistère, le lauréat de la Coupe d’Afrique des vainqueurs de coupe 78, est devenu un club des temps modernes avec siège équipé, bus de dernière génération, centre de formation, effectif de qualité, dirigeants dévoués et supporters enfiévrés.

Fils adoptif de Myriam MAKEBA « MAMA AFRICA », Antonio a géré son patrimoine et ses spectacles, parcouru le monde avec elle et partagé la chaleur familiale de cette Khosa dont la voix a porté l’Afrique dans sa lutte pour l’indépendance. Antonio SOUARE, c’est aussi l’ami des grands journalistes sportifs guinéens et étrangers Hedi HAMEL, Gérard DREYFUS, Ibrahim SOUMARE, Abdoulaye DABO, Baba CISSOUMA entre autres.

REDONNER AU FOOTBALL GUINÉEN UNE PLACE AU SOLEIL

Le HOROYA, malgré son faux pas en finale de la coupe nationale 2015, domine aujourd’hui l’échiquier national, mais pour le patriote président (qui a élaboré un programme et une feuille de route sur 5 ans, de 2012 à 2017), l’objectif majeur vise la suprématie continentale du football guinéen dans son ensemble. Que la Guinée reprenne sa place au soleil: voilà son credo et là où certains se seraient emmurés dans des complexes et des susceptibilités de bas étage, Antonio SOUARE tend la main et se réjouit de voir que son exemple fait tache d’huile. Heureux si l’ASK, le HAFIA le Satellite et d’autres lui emboîtent le pas, il espère que le cercle va s’élargir et mobiliser pays profond. Généreux, il montre la voie en prenant en charge l’équipe nationale des cadets guinéens qualifiée pour la Coupe du monde Chili 2015. Et pour faire progresser les clubs de l’élite, il se fait le promoteur d’une Ligue Nationale professionnelle indispensable à l’organisation des compétitions.

L’Afrique a aussi besoin de lui. Le président ISSA HAYATOU en a fait un grand ami depuis qu’un jour de CAN 2012, ils firent connaissance par l’entremise de leur ami commun, le vice président de la Fédération Guinéenne de Football Almamy KABELE CAMARA.

Le président de la Confédération africaine apprécie ceux qui s’investissent dans le football. Ainsi de la Commission Marketing-TV, hier, à celle de la très sensible Commission Interclubs aujourd’hui, ce n’est que reconnaissance et juste récompense du dévouement du président du Horoya à la cause du football. Son réseau international est tout aussi vaste, qu’est riche son carnet d’adresses.

HOMME DE SOLIDARITÉ ET DE PARTAGE

Sur le plan social Antonio Souaré a fait créer des coopératives maraichères et de saponification dans de nombreuses préfectures du pays. Celle de Fria est citée en exemple pour sa réussite.

Forçant l’admiration de tous, il évite les excès fastueux des souverainetés excessives, attribuant la même considération aux pauvres qu’aux nantis, fuyant les intrigues auxquelles il préfère la solidarité et le partage. Patriote en recherche permanente d’un monde meilleurs pour ses concitoyens.

D’aucuns vont jusqu’à dire que si Antonio n’était pas de ce monde, il aurait fallu implorer la grâce divine pour sa venue. Car son genre cultive l’exception. Que ceux qui sont dérangés par l’omniprésence de l’enfant de Wondima, sachent que le coup de patte du chien ne peut égratigner le lion.

Enfin, derrière tout homme qui a réussi se trouve une femme. Discrète, Mme SOUARE Hadja Tété Kaba. prodigue à l’entrepreneur surbooké le fidèle soutien d’une épouse de l’ombre. Tous deux se livrent une bataille permanente pour l’humilité et la générosité. Le couple partage les mêmes valeurs au point de se confondre.

AD DIALLO

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here