Home A la une Bafodé Cissé, écrivain : « il faut  une politique de vente de livres...

Bafodé Cissé, écrivain : « il faut  une politique de vente de livres pour faire vivre les écrivains de leurs plumes »

206
0
SHARE

M. Bafodé Cissé est un prévoyant doublé d’écrivain. Récemment, nous l’avons rencontré et il nous a donné son avis sur l’évènement, Conakry, capitale mondiale du livre. Interview !

Mr Cissé, vous êtes l’un des écrivains qui a signé son premier  livre : « Destin d’Afrique et des puissances », à l’occasion de l’évènement ‘’ Conakry, capitale mondiale du livre’’. Quel est votre regard sur le déroulement de cet évènement ?

Tout d’abord je vous remercie de m’avoir donné la parole pour donner mon avis sur le déroulement de cet évènement mondial. Sur ce, mon regard est positif. Car, c’est un évènement qui a permis à la promotion du livre. Parce que dans le passé, les gens n’avaient pas trop de regard sur le livre et les écrivains. Mais grâce à cet évènement, les gens ont compris qu’écrire est bien de même que d’être écrivain. Par conséquent, il y a eu la valorisation des deux. Ensuite, cela a amené beaucoup d’hommes de culture à écrire, bref l’augmentation du nombre d’acteurs ou écrivains.*

Lors de la clôture de l’évènement « Conakry, capitale mondiale du livre », il y a eu assez de recommandations qui ont été faites. Avez-vous d’autres à donner ?

Je sais que beaucoup de recommandations ont été faites Mais quant à moi, je vais demandé  la formation d’une association forte et sincère des écrivains, avoir une politique d’accompagnement et d’encouragement des écrivains, créer un espace de rencontre et d’échange entre écrivains et ceux qui aspirent écrire. Trouver une politique d’assistance et d’orientation pour les futurs et nouveaux écrivains, appui technique et moral des écrivains et une politique de vente de livres pour faire vivre les écrivains de leurs plumes.

Justement au cours de cette clôture, le Chef de l’Etat a demandé à ce que les livres soient écris dans les différentes langues nationales, comment analysez-vous cette recommandation ?

La recommandation du Chef de l’Etat est importante et salutaire mais je pense que les guinéens ont beaucoup de  difficultés de parler leurs propres langues surtout les trois langues au moins. C’est pour quoi, il faut ajouter un autre moyen de valorisation, d’apprentissage et encourager les gens à utiliser les autres langues sinon chaque communauté ne pourra lire que le livre écrit dans sa langue.

«Destin d’Afrique et des puissances », est votre premier livre. Est-ce qu’on peut s’attendre à un deuxième un jour ?

«Destin d’Afrique et des puissances », doit être accompagné d’un second livre les mois à venir. C’est un livre humanitaire, je crois bien qui pourra beaucoup servir les hommes et les femmes de mieux vivre et mieux réussir. Il permettra de se débarrasser de tous les problèmes qui ennuis corps et âme puis situer l’esprit sur un bon chemin.

Quels conseils avez- vous à donner-vous aux jeunes qui veulent écrire comme vous ?

Il faudrait avoir l’amour d’écrire si tu aspires d’être écrivain un jour. Il faudrait trouver des gens qui puissent t’orienter, t’encadrer  et t’accompagner avec des conseils judicieux.

Votre mot de la fin

Je souhaite que les livres soient bénéfiques pour les écrivains car écrire est très difficile.  Il faudrait que cet écrit puisse nous rapporter et aussi pour les lecteurs. Et que le livre soit une convoitise pour les gens.

Interview réalisée par une équipe multimédia

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here