Home A la une KAGBADOUNO Nestor, sur la persistance des crises en Guinée : « Il...

KAGBADOUNO Nestor, sur la persistance des crises en Guinée : « Il s’agit de l’inexistence de l’autorité de l’Etat..»

828
0
SHARE

Dans cette interview, M. Kagbadouno Nestor, le secrétaire général du parti politique, l’Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement a fait savoir l’appréciation qu’il a de l’atmosphère politique de notre pays, son avis sur la déclaration du procureur de Dixinn (cas Grénade), avant de proposer une solution pour une sortie de crise perpétuelle que connait actuellement la Guinée. Lisez…

leprojecteurguinee.com : Vous êtes le Secrétaire général de l’UGDD. Quelle appréciation faites de l’atmosphère politique de notre pays ?

Nestor  Kagbadouno : Je souhaite tout d’abord introduire mon allocution par saluer vos milliers de lecteurs.

Au regard des faits dominants, on peut se permettre d’affirmer que le climat politique est en ébullition. Partant de la diversité et la complexité des événements auxquels l’arène politique guinéenne se trouve actuellement butée, il y a de bonnes raisons de s’inquiéter pour l’avenir de notre nation.

 Qu’est-ce qu’il y a d’inquiétant dans la vie politique guinéenne ?

Les maux qui fondent nos inquiétudes sont connus de tous. Il s’agit notamment de  l’inexistence de l’autorité de l’Etat. En effet, les autorités politiques ont, de par l’ amateurisme et la culture du mensonge, fini par rendre nos institutions publiques non-crédibles aux yeux des populations. Cet état de fait entraîne un cycle interminable de crises qui fissurent le tissu social et encourage le repli identitaire et fragilise sinon estompe tout élan de développement de notre pays.

Quelle solution proposez-vous pour faire sortir la Guinée de cet élan de crise perpétuelle ?

Pour résoudre un problème définitivement, il faut s’attaquer à ses racines. En Guinée, la pérennisation du climat de crise trouve ses véritables sources dans la mauvaise foi de la mouvance présidentielle et la majorité de l’opposition incarnée par l’UFDG.

Le parti au pouvoir pèche par  l’utilisation des moyens étatiques pour sa propagande politique. Ce qui fait que de nos jours la notion d’intérêt général dans la gestion de la chose publique a été décontenancée de sa valeur. D’où, nous avons un Etat qui sert plus un parti politique  qu’un peuple.

Quant à la majorité de l’opposition, elle s’est depuis longtemps, inscrite dans une logique de revendication fondamentalement électoraliste. Pourtant, ses réclamations tombent dans les oreilles d’un interlocuteur sourd.

Aucun des deux camps ne se soucient véritablement des problèmes auxquels font face la population. Chacun préfère jouer sa carte politique sur la base des calculs politiciens en perdant de vue la raison d’être de l’élite politique qui est le bien être de la population.

Toute sortie de crise est conditionnée d’abord par la prise de conscience de cette situation autant par la mouvance que cette frange majoritaire de l’opposition.

En termes de processus, nous estimons qu’il existe une impérieuse nécessité de l’organisation d’une franche concertation nationale multipartite et inclusive. Elle doit déboucher sur l’élaboration des directives pour la refonte de l’Etat et la redéfinition de notre modèle de gouvernance.

Les divisions politiciennes ne sont que des querelles d’hommes en Guinée, nous à l’UGDD, prônons que l’intérêt de la Guinée soit mis avant tout calcul politicien  et que  les institutions étatiques servent à la satisfaction de l’intérêt  général et non au militantisme pour un parti politique.

Vous avez suivi la communication du Procureur de la République relative à l’arrestation d’Aboubacar Diallo alias « Grénade ». Comment réagissez-vous à cette situation ?

L’UGDD est un parti pacifiste qui condamne la violence, la criminalité ou le banditisme sous toutes ses formes et quel qu’en  soit l’auteur. A ce titre, nous apprécions toute action des forces de l’ordre visant à débarrasser la population des individus dangereux pour la sécurité des paisibles populations. Toutefois, on ne peut pas s’empêcher d’émettre des réserves sur la façon dont cette affaire est traitée par les services judiciaires. Il y a une communication orientée des services judiciaires qui vise à établir un lien de cause à effet entre la dangerosité de M. Aboubacar DIALLO, « Grénade » et son appartenance à l’UFDG.  L’établissement de ce  lien hâtif ; nous ne l’admettons pas !

Par ailleurs, faut-il ajouter que la célérité observée par les forces de l’ordre montre que nous avons une justice à double vitesse. Elle est efficace quand il s’agit de poursuivre les personnes ayant un lien de quelque nature que ce soit avec l’opposition. Par contre, elle se révèle paralytique, quand il s’agit de poursuivre les personnes liées au pouvoir en place.

Une fois encore l’UGDD dénonce toute instrumentalisation des institutions publiques au service du pouvoir.

Alsény Fadiga

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here