Home A la une Retard des résultats des municipales 2018: Le mensonge grossier du Président de...

Retard des résultats des municipales 2018: Le mensonge grossier du Président de la  CENI…

1119
0
SHARE

Pendant que la Ceni essuie des critiques, son président, Me Amadou Salif Kébé affirme à JeuneAfrique, qu’en ce qui concerne Matoto, le retard dans l’acheminement des résultats s’explique par l’enclavement de cette commune située en altitude, donc difficile d’accès.

Longtemps attendues, les élections communales se sont finalement tenues dimanche 4 février 2018 sur l’ensemble du territoire national. Un scrutin quoique n’ayant pas connu une si grande affluence, s’est déroulé dans le maximum de sérénité, avant que les jours suivants ne soient agités par endroits à travers le pays. Causant ainsi des morts, des blessés ainsi que d’importants dégâts matériels. L’organe de gestion de ces consultations a essuyé plusieurs critiques par la suite. Interrogé par Jeune Afrique, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) se montre serein et relativise ces accusations portées contre son institution, tout en affirmant que, contrairement aux constatations faites par de nombreux observateurs, le taux de participation ne devrait pas être aussi bas qu’estimé.«Je pense au contraire que l’on a une bonne moyenne. Je n’ai pas actuellement le taux de participation. S’il n’y a pas eu de bousculade dans les bureaux de vote, c’est pour une raison simple : pour ce scrutin, au lieu de 1000 personnes par bureau  de vote, la loi a exigé que l’onfixe le quota à 600 électeurs. Dimanche matin, il y a eu de l’engouement, de longues files d’attente. Et c’est vrai que, dans l’après-midi, cela a commencé à s’amenuiser. C’est normal, parce qu’avant 13h–14h, dans chaque bureau de vote, il se trouve que 400 à 500 personne sont déjà voté. Les Guinéens se sont bien mobilisés autour de ces élections locales, surtout à l’intérieur du pays», explique Me Amadou Salif Kébé.

Mensonge grossier…

Des informations dans la cité ont fait état de non-dépôt des procès verbaux de certains bureaux de vote jusqu’au lendemain des communales lundi 5 février, notamment à Matoto, en plein cœur de Conakry. A propos, le président de la Ceni justifie cette situation par ‘‘l’enclavement’’ de cette commune qu’il situe sur une altitude aussi élevée que le mont Kakoulima.«(…). Matoto est une commune semi-rurale : il y a des îles, des endroits montagneux… Mais, je pense que c’est quand-même  du retard si un bureau de vote n’a pas rendu son PV jusqu’à14 heures passées, au lendemain du vote… C’est pour toutes ces raisons que nous pensons qu’il faudrait introduire le vote électronique», argumente sans convaincre l’assermenté président de la Ceni. Téméraire, le journaliste de Jeune Afrique insiste pour recadrer son interviewé de sorte à lui faire comprendre qu’il parle bien de Matoto, une des 5communes de Conakry. «Ceux qui évoquent des fraudes savent ce que c’est que  Matoto : c’est la plus grande commune du pays, qui a plus de 980 bureaux de vote. C’est vaste. Ce retard ne doit pas être forcément assimilé à une tentative de fraude. Lors de la présidentielle passée, n’oubliez pas que certains résultats ne sont arrivés que quinze jours après le scrutin. C’est peut-être dû à la route. Certains sont obligés de traverser des fleuves parce qu’ils sont dans des îles, d’autres sont dans des montagnes», continue-t-il de s’aventurer dans les méandres du mensonge. Étonné des réponses à lui fournies par Me Kébé, le journaliste qui est guinéen et qui connait bien Matoto tente de le relancer en ces termes : Vous parlez toujours de Matoto ? « Oui, nous parlons exactement de Matoto ! Beaucoup de Guinéens ne connaissent pas la réalité des transports à Matoto»,enfonce Amadou Salif Kébé. Depuis cette sortie médiatique, le président de l’organe de gestion des élections et référendums en Guinée essuie d’acerbes critiques notamment sur les réseaux sociaux où l’occasion est opportune pour se pencher sur la sincérité du scrutin tenu dimanche 4 février2018 sur l’ensemble du territoire national. Ce qui fait dire à certains que les résultats fournis par la Ceni sont le reflet du grossier mensonge de son président.

Lu sur guineeinfos.org

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here