Home A la une Congrès de l’AGOA : le président de l’institution est arrivé à CONAKRY

Congrès de l’AGOA : le président de l’institution est arrivé à CONAKRY

58
0
SHARE

Du 26 au 30 novembre prochain, Conakry abritera le 8ème congrès de l’Association Africa femmes Performantes. C’est dans ce cadre que M.Alfred Oladeinde, le président Civil Society Washington (AGOA)  a effectué une visite à conakry ce 22 novembre 2017. Il a été accueilli à l’aéroport de Gbessia par les membres d’Africa Femmes Performantes.

Pour la circonstance, la présidente et fondatrice d’Africa Femmes Performantes Mme Patricia Esther SEKE accueillant la délégation a déclaré :
« Son arrive à deux objectifs, la participation au 8ème congrès international des femmes d’Afrique et de la diaspora qui se tiendra à Conakry du 28 au 30 novembre 2017, sous le haut patronage du prof Alpha Condé.
Le deuxième point, c’est que la Guinée a remporté le prix à MiaMi, ce prix permet à la Guinée d’exporter des produits par le programme de l’AGOA sur le marché américain. La visite de M. Alfred ici, est de travailler avec le gouvernement pour mettre en place un cadre à ce grand projet ou les Etats Unis sont prêts à passer les commandes à la Guinée».

Le président Civil Society Washington (AGOA) Alfred Oladeinde dira à son tour : « Je suis là pour participer au 8eme congrès, supporter le travail que nous avons commencé à Miami. Je suis là, pour pouvoir encadrer les femmes dans le cadre de l’AGOA, de les supporter à mettre en place le cadre nécessaire avec tous les partenaires techniques qui sont là pour pouvoir faire avancer ce projet-là.
Mon objectif, est d’avoir une présence en Guinée, pour que le programme de l’AGOA puisse prendre un élan ici, travaillé avec la société civile et la Goha en Guinée. Mobiliser le leadership des femmes entrepreneurs Guinéens sans exception. C‘est à dire mobiliser tout le savoir-faire. Surtout, travailler avec le gouvernement, les partenaires techniques du gouvernement l’APIP, l’Agence qui s’occupe de la promotion des investissements à l’étranger, avec des banques qui s’occupent de l’exportation à l’étranger et toutes les parties prenantes qui vont pouvoir aider à capitaliser ce programme là et a le mettre en place. »

Alsény FADIGA

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here