Home A la une Conflit domanial à Gbessia : Sidiki CAMARA, victime d’injustice…

Conflit domanial à Gbessia : Sidiki CAMARA, victime d’injustice…

338
0
SHARE

Le 03 octobre 2016, à Gbessia dans la commune de Matoto, pour des faits domaniaux, le jeune sidiki camara est victime d’injustice, de tortures de la part de Mounir Condé, un militaire de la garde présidentielle, son demi-frère. A constaté notre reporter.

                             L’origine du conflit…

Selon des investigations de notre reporter à Gbessia, la mère du jeune sidiki camara avait déjà perdu son premier mari par suite de décès de ce dernier, le papa du militaire Mounir Condé de la garde présidentielle, son fils ainé, avant de se remarier au papa de sidiki camara. Malheureusement, les maris ne possédaient aucune concession.

Néanmoins, la mère des enfants s’est battue grâce au commerce pour s’acheter une concession à Gbessia au bord de l’autoroute Fidel Castro, celle qui est aujourd’hui, la pomme de discorde entre ses enfants après son décès le 15 octobre 2015 à Gbessia.

                         Témoignages d’un voisin…

« Les enfants ont perdu leur maman. Elle a été enterrée à son village natal à Kindia. Son sacrifice a été fait le même jour, 15 octobre 2015. Après le sacrifice, au retour des enfants, il n’y avait plus d’entente entre les enfants de la défunte. Tous les locataires ont été délogés, ils vivaient entre eux maintenant mais il y avait toujours des discussions entre eux. Nous avons beaucoup intervenu entre eux mais ils ne comprennent pas » a témoigné Mohamed Sylla , voisin de la famille Camara.

 Mariam camara est la petite sœur directe de sidiki camara, elle explique : « A notre retour de kindia, notre grand frère Mounir Condé de la garde présidentielle a instruit mon grand frère sidiki camara d’aller récupérer la clé des mains des locataires avant le 15 janvier 2016 pour la rénovation de la concession. Deux (2) mois (précisement le 15 mars 2016), après la sortie des locataires de la concession, la maison n’était encore pas rénovée, un jour nous avons demandé à notre frère sur la rénovation de la maison, notre grand frère n’a donné aucune reponse sinon que dire qu’il est le seul propriétaire de la concession et qu’il n’a de compte à rendre à personne, nous avons voulu protester mais comme il est militaire, nous avons eu peur mais on était pas du tout contents de l’aptitude de notre grand frère ainé. Tout le monde était en colère maintenant. Et, les problèmes ont effectivement débuté » dit-elle.

Elle a ensuite regretté : « à notre grande surprise, une nuit, nous avons aperçu un pick-up remplis de bérets rouges à notre concession, nous avons  pensé que ce sont les amis de notre grand frère qui sont venus lui saluer. Ces bérets ont passé la nuit chez nous cette nuit. De bon matin, nous avons compris que ce sont des nouveaux locataires militaires que notre grand frère a fait venir sans nous informer. Nous avons protesté durement ce jour pour lui dire que la concession appartient à nous tous par ce que c’est pour notre maman, notre grand frère a réitéré qu’il n’a de compte à rendre à personne. C’est là, il a giflé mon frère sidiki camara, celui-ci a riposté, notre grand-frère a appelé deux (2) des locataires militaires pour se joindre à lui et tabasser Sidiki. C’est à la suite de cela qu’il a appelé un pick-up de militaires pour venir prendre sidiki qu’il traitait de criminel. Sidiki a tenté de s’enfuir mais il n’a pas pu. Ces militaires ont déjà bien tabassé sidiki camara avant de l’emporter au camp Makambo à kaloum pour l’emprisonner où sidiki a subi des tortures. Quand j’ai vu mon frère sidiki camara j’ai pleuré ».

« Mon frère Sidiki camara avait maintenant des blessures sur tout son corps. Comme si on lui a blessé avec des lames. Après le Camp Makambo, il a été déféré au camp Alpha Yaya Diallo où il a subi sérieusement de tortures. Moi j’ai voulu sauver ma tête, j’ai quitté la concession et en Mars 2016, j’ai reçu des informations selon lesquelles, mon frère sidiki se serait évadé en prison au camp Alpha yaya Diallo mais depuis ce jour, je cherche ses nouvelles mais sans suite. S’il vit ou pas je ne sais rien.  Aidez-moi !!! » conclue-t-elle.

Pour rappel, le jeune Sidiki Camara est né le 23 Novembre 1992 , marié et père de deux (2) enfants.

A suivre…

Aboubacar Conté

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here