Abdoulye Bernard KEITA : l’œuvre du député de Coyah, va du mal en...

Abdoulye Bernard KEITA : l’œuvre du député de Coyah, va du mal en pis

481
0
PARTAGER

« Le rôle premier d’un député est de voter les lois et de contrôler l’action du Gouvernement. Le député participe aux débats sur les textes mis à l’ordre du jour, tout d’abord au cours des travaux en commissions, puis en séance publique. Il peut présenter des amendements et, bien sûr, émettre un vote sur les textes. À titre de représentant de ses électeurs, un député peut exprimer leurs inquiétudes et leurs points de vue, intervenir en leur faveur et les aider à résoudre des problèmes.

 Les électeurs qui ont des difficultés dans leur circonscription ou avec les ministères, les organismes gouvernementaux, etc., demandent souvent l’aide de leur député. Par conséquent, les députés passent beaucoup de temps à s’occuper des problèmes individuels des électeurs, à répondre à leurs questions et à se tenir au courant des opinions prévalant dans leur circonscription. Les députés gardent contact avec leurs électeurs de diverses façons. Ils leur téléphonent, leur écrivent, les rencontrent individuellement ou en groupe durant des réunions ».

En clair, le député a trois principaux devoirs à assumer. Notamment participer aux votes des lois, contrôler l’action gouvernementale et participer au fonctionnement de l’Assemblée Nationale.

Longtemps sevrée d’une vie merveilleuse sur la sphère nationale, la population de la préfecture de Coyah patauge dans une pauvreté extrême. Elle compte plusieurs industries et sociétés.  Pourtant malgré cette floraison de sociétés, elle reste l’une des plus pauvres des préfectures, due à la gestion calamiteuse de ses responsables locaux qui se sont succédés. Pour inverser cette tendance, la population de Coyah a jeté son dévolu sur une personne pendant les législative de 2013, à l’effet de transporter ses maux à l’hémicycle. Ce fut  Monsieur Abdoulaye Bernard KEITA.

Monsieur Keita est à ce jour le député uninominal de la préfecture de Coyah à l’Assemblée Nationale guinéenne. Elu grâce aux voix de cette population. Commis pour exposer les maux dont celle-ci souffre et défendre les projets susceptibles d’apporter un développement social dans sa circonscription. Très malheureusement, à nos jours le constat sur le terrain est alarmant. Son comportement ahurissant envers ses mandants est notoire caractérisé par une cruauté déshonorable. A ce jour, l’espoir fondé sur sa personne s’est effondré comme une maison en banco en plein mois d’aout abimé par les pluies torrentielles. Il n’inspire plus confiance vis-à-vis de ses mandants et autres citoyens.

L’élu du peuple s’est clairement transformé en pire ennemi de cette population qui l’a pourtant fait confiance en lui accordant sa voix lors des dernières législatives, pour être son porte voix à l’hémicycle. Lui qui a eu dorénavant la lourde tâche de défendre la population a donné dos à ce jour à celle ci. Rencontrer l’honorable Bernard est devenu plus difficile que de rencontrer  Kory Kondiano son président à l’Assemblée. Des bérets rouges montent la garde à son domicile 24h/24 dans le seul but de mettre la peur au ventre des citoyens, dans le seul dessein d’ériger une barrière imperméable entre lui et ceux qui sont sensés être ses collaborateurs directs.

C’est la honte  pour un ‘’intellectuel’’ qui fuit sa responsabilité. Qui défend son intérêt personnel au détriment de sa population. Plusieurs réalisations en un laps de temps du député en font foi. Il est le seul député à l’hémicycle de s’être opposé radicalement à la rénovation des maisons carcérales en Guinée, selon une source digne de foi.

Cet ancien militant du PUP copté  au dernier ressort par le RPG, a  toujours entretenu des rapports mitigés avec les citoyens de sa circonscription depuis des lustres. Sa popularité lors des législatives, il l’a doit à d’éminentes personnes plus proches des citoyens pour se positionner. Il donne l’impression d’être avec le parti au pouvoir pourtant brille de son absence aux assemblées générales hebdomadaires dudit parti.

Selon une source parlementaire, en dépit de sa double casquette de député et de questeur (Trésorier) de l’Assemblée Nationale, Bernard Keita est l’un des députés guinéens qui joue à l’absentéisme aux plénières mais profite des primes de sessions pour alimenter le prix de ses billets d’avions malgré son salaire mensuel de 15.000 000 fg (quinze millions). Parce que vivant entre les avions.

Sous sa coupole, plusieurs lignes budgétaires ont disparu des radars dont l’Assemblée Nationale  ignore la destination. Depuis plusieurs temps, il ya une gestion opaque sur le budget alloué à l’Assemblée Nationale. Notamment le budget des projets liés  au renforcement des capacités des députés. Confie toujours notre source.

Moult tentatives ont été entreprises pour  recouper toutes ces informations d’une importance capitale. Mais elles ont été toujours vaines auprès du député, qui fuit la presse.

 

                                     Joseph Siba Guilavogui

                                          ( In Le Fouineur )

                                            Affaire à suivre

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE